L’entreprise FAIRE SON PAIN BIO est l’opportunité de mettre en pratique l’ensemble de mes valeurs. A ce stade, voici les actions déjà mises en place :

  1. Démarche respectueuse de l’environnement:
    1. utilisation de matières premières biologiques permettant de préserver la qualité des sols (et aussi de l’air), garantie de la fertilité des sols sur le long terme et donc d’un accès à l’alimentation dans le futur.
    2. utilisation d’un véhicule électrique (vélo ou utilitaire) pour les livraisons pour supprimer la pollution et la dépendance aux énergies fossiles.
  2. Promotion d’une alimentation saine : les produits sont certifiés biologiques. Par ailleurs, l’utilisation de levain naturel permet, au-delà d’une meilleure conservation des produits, une meilleure digestion du gluten car le levain pré-digère le gluten.
  3. Circuits courts : Le partenariat réalisé directement avec un agriculteur prolonge l’esprit des AMAPs et permet à la fois de préserver des terres agricoles et de faire vivre l’agriculteur dignement. C’est un moyen direct de financer des emplois.
  4. Réduction des déchets : les emballages sont réutilisables ou à défaut compostables. En pratique, mon expérience en AMAP m’a permis de distribuer du pain en vrac, livré dans des contenants en papier (compostables donc). Par ailleurs, les fournisseurs sont également sélectionnés pour privilégier des emballages compostables : papier ou carton. Comme le souligne Jérémy Pichon, auteur du livre « La famille (presque) zéro déchet », un déchet, même recyclable, reste toujours un déchet.
  5. Diffusion des connaissances : ce projet propose des formations en ateliers, mais aussi, à terme, sous forme de plateforme en ligne, afin de toucher un public le plus large possible (France entière) et de ne pas se limiter à la zone de chalandise initialement définie.
  6. Atténuation des changements climatiques  par l’utilisation d’un véhicule électrique (vélo ou utilitaire) pour les livraisons pour supprimer les émissions de gaz à effet de serre (CO2). Afin de limiter au mieux l’empreinte écologique du véhicule utilitaire, un modèle d’occasion a été acheté.
  7. Adaptation aux changements climatiques : la production alimentaire dépend fortement du climat. A cet égard, les cours mondiaux du blé, et donc de la farine, seront amenés à fortement fluctuer dans le futur. Le partenariat avec un agriculteur permet de se prémunir de ces aléas.

Voici également d’autres objectifs que j’envisage de mettre en place (liste non exhaustive) :

  1. Utilisation d’énergie renouvelable: l’électricité sera fournie par le fournisseur Enercoop, auquel je suis déjà abonné à titre personnel. Cela permet également de diminuer la dépendance à l’énergie nucléaire qui présente des risques, qui vont s’accroître en raison de la raréfaction des ressources en eau (quelques centrales ont été mises à l’arrêt en raison de la canicule par exemple).
  2. Investissement financiers dans des projets connexes : production d’électricité renouvelable, production alimentaire bio, …

Partager :Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter